du 2 juin 2022 au 3 juin 2022
Publié le 28 mars 2022 Mis à jour le 17 mai 2022

Colloque A.V. Dicey (1835-1922)

composition colorée avec plusieurs portraits de A.V. Dicey
composition colorée avec plusieurs portraits de A.V. Dicey

À l’occasion du centenaire de la mort de l’un des plus grands juristes britanniques, Catherine Marshall (AGORA) et Céline Roynier (CPJP), en partenariat avec l'Institut Michel Villey (université Paris II Panthéon-Assas), organiseront deux journées d’études consacrées à :

"A. V. Dicey (1835-1922) : célébrer du centenaire de la mort d'un juriste, constitutionnaliste et penseur politique britannique".


Rendez-vous le jeudi 2 juin et le vendredi 3 juin 2022   
LIEU : Salle des Conseil de l'Université PANTHÉON-ASSAS - Aile Soufflot, 2e étage du 12, place du Panthéon – 75005 Paris
 
INSCRIPTION ICI
 

Quatre sessions thématiques (1h30) seront réparties sur trois demi-journées :

1. Les sources d’inspiration de Dicey (1835-1922)
2. Dicey, penseur de la politique et du droit de son temps ?
3. Dicey et le droit positif du XXIe siècle
4. Dicey et la liberté politique

Organisatrices : Titulaire, tout comme Blackstone au siècle précédent, de la chaire de droit anglais à Oxford (Vinerian Professorship), Dicey est le premier à avoir tenté de rationaliser la constitution non- écrite en vue de l’enseigner. Régulièrement cité dans les décisions des juridictions britanniques et en particulier, de nos jours, celles de la Cour Suprême du Royaume-Uni, la pensée constitutionnelle diceyenne semble toujours très vivace. Toutefois, lorsque l’on ouvre les ouvrages de droit constitutionnel britannique, ne subsistent que des traces ou des références « cosmétiques » à la pensée constitutionnelle de Dicey.

C’est donc à cette problématique générale que ces deux journées ont pour ambition de se consacrer : dans quelle mesure faut-il lire Dicey de nos jours ? Quelles ont été ses sources d’inspiration ? La pensée constitutionnelle de Dicey est-elle devenue source de droit ? Ou au contraire, cette pensée s’est-elle « fossilisée » ? Que penser de sa conception de la liberté anglo-britannique ? Enfin, le Brexit peut-il conduire à une renaissance de l’intérêt pour cette pensée qui a structuré le droit constitutionnel britannique ?
 
---
EN SAVOIR PLUS
Contact
Catherine Marshall@ : catherine.marshall@cyu.fr